Matsuri, Nagoya, sanctuaire

Hônen Matsuri 豊年祭 : le festival de la fertilité

DSC_3656

Si le Hônen Matsuri ne vous dit pas grand chose, peut-être que son grand frère le Kanamara Matsuri かなまら祭り (premier dimanche d’avril), qui a lieu à Kawasaki et qui est plus imposant, vous dit quelque chose. Quoi qu’il en soit, il s’agit d’un festival pour la fertilité ou « festival du pénis » !

La première fois que j’en ai entendu parler et que j’ai vu des images de pénis géant en bois… je me suis dit qu’il fallait à tout prix que je vois ça de mes yeux ! C’était sûr que ça allait être tout sauf ce à quoi je m’attendais en pensant à « festival du pénis ».

Ce festival a lieu tous les ans, le 15 Mars, au Sanctuaire Tagata-jinja  田縣神社 à Komaki  小牧市 dans la préfecture d’Aichi. Le sanctuaire est situé pas très loin de la station Tagata-jinja-mae sur la meitetsu komaki line.

Les couples viennent prier pour avoir des enfants, les célibataires pour rencontrer un mari ou une femme et les paysans eux viennent prier pour une bonne récolte.

Comme la ville est située pas très loin de Nagoya, on a donc passé un week-end sur place et le dimanche on s’est rendu au festival !

Dès la sortie du train, on sait directement que ça va être un festival surprenant. Tout simplement parce que les personnes descendant avec nous du train sont des familles avec des enfants, des couples, des célibataires, des amis, des jeunes, des vieux… Bref la population habituelle des Matsuri mais avec des images de pénis partout…

Comme dans tous les Matsuri, il y a des échoppes avec de la nourriture, mais là tout est en forme de pénis : des bananes ( c’est pourtant déjà assez équivoque comme fruit…) taillées en forme de pénis, des sucettes en forme de pénis… Ça fait bizarre de voir des petits enfants avec une grosse banane/pénis couverte de chocolat dans la bouche… mais au final ça montre bien qu’il y a rien de malsain dans ce festival. Tout le monde s’amuse et passe un bon moment en famille avant la procession.

L’attraction principale du festival c’est l’énorme pénis en bois de 280 kg (ou 400kg selon les informations) et mesurant plus de 2,5 mètres que des porteurs transportent depuis le sanctuaire Shinmei-sha ou Kumano-Sha jusqu’au Tagata-jinja.

La statue du pénis est renouvelée tous les ans. C’est en début d’après-midi que la procession quitte le premier sanctuaire pour se rendre jusqu’au sanctuaire Tagata-jinja où le pénis en bois sera déposé.

Avant le fameux pénis, il y a plusieurs défilés de personnes : les officiels du sanctuaire viennent purifier la route pour les porteurs, un Tengu天狗 , des personnes qui distribuent du Sake… Il y a aussi des jeunes filles qui passent parmi la foule avec des pénis en bois dans les bras pour que la foule puisse les toucher et ainsi avoir de la chance (fertilité et récolte)

Une fois la procession terminée, le pénis est entreposé dans le sanctuaire et c’est l’heure pour les célibataires et les couples de prier pour avoir des enfants.
Il y a aussi des officiels qui montent sur des estrades et jettent des Mochi (gâteaux de riz) à la foule, on appelle cela Mochi Nage 餅投げ (Nage signifiant jeter), le mochi est synonyme de longévité. Autant vous dire qu’il faudra vous battre pour en obtenir un.

Comme dans tous les sanctuaires, on peut acheter des omamori, (charmes de protection) des Ema (plaquette pour faire des vœux) sauf qu’elles sont à l’image du festival… C’est quand même dans ces moments-là qu’on constate la différence des cultures, même si le Shintô relève parfois plus de la culture que du religieux, c’est quand même des hommes religieux qui portent des affiches avec des pénis, on peut prier en secouant une cloche en forme de pénis… on peut écrire une prière sur un écriteau en forme de pénis… c’est quand même fou !

On a vraiment passé un super moment. On savait d’avance qu’il n’y aurait rien de malsain dans ce genre de festival…mais quand même voir tous ces enfants, voir des officiels assez âgés avec des drapeaux à l’effigie du pénis sans que ça ne gêne personne…c’était assez fascinant ! J’ai ramené plein de souvenirs au thème du festival… sans aucune honte on achetait tous nos sucettes pénis…des lycéens japonais suçaient sans problème des sucettes en forme de pénis… tout était normal !

 

A gauche, Goshuin -calligraphie du sanctuaire
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s